Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

« 4 entreprises belges sur 10 risquent de perdre des données confidentielles »

Source: Merak

Merak, spécialiste de la gestion et de la conservation d’archives physiques et numériques, a publié aujourd’hui les résultats de son étude sur la perte de données, à l’occasion de la Journée mondiale de la Sauvegarde du 31 mars 2016. Merak a sondé 1 200 particuliers et entreprises belges.

Les principales conclusions de l’étude sont que les entreprises belges n’effectuent pas suffisamment de sauvegardes et courent ainsi un vrai risque de perdre leurs données les plus importantes. Par exemple, 40 % des entreprises ne procèdent pas à une sauvegarde quotidienne, alors même qu’une entreprise sur quatre reconnaît avoir été confrontée au moins une fois à une perte de données qui a mis en péril ses activités opérationnelles. Les particuliers belges sont eux aussi dans le déni, sachant que 60 % d’entre eux ignorent la procédure à suivre pour sauvegarder les données de leur GSM ou smartphone.

Absence de sauvegarde quotidienne dans les entreprises belges
40 % des entreprises belges n’effectuent pas de sauvegarde quotidienne de leurs données, et plus petite est l’organisation, plus la politique en la matière est déplorable. Nicolas Uyttenhove, le porte-parole de Merak, déclare : « 8 % des PME ont reconnu n’effectuer une sauvegarde qu’une fois par an, voire jamais. En outre, personne ne sait dans ces entreprises qui est en charge des sauvegardes, ce qui démontre l’urgence d’élaborer une politique à ce sujet. Elle est d’autant plus nécessaire que 10 % des entreprises déclarent être insuffisamment préparées à des incidents qui pourraient détruire leurs données, tels qu’une panne ou un incendie. La situation est meilleure dans les entreprises comptant plus de 250 collaborateurs. Elles effectuent quotidiennement une sauvegarde, et 3 % seulement d’entre elles ne le font qu’une fois par semaine au plus. »

Perte de données
Une entreprise sur quatre déclare avoir déjà été confrontée au moins une fois à une perte de données. Une sur dix (11 %) l’a même été plusieurs fois. Pour la moitié des entreprises ayant déjà perdu des données, une partie de ces données a été irrémédiablement perdue, voire toutes les données pour 10 % d’entre elles. Les trois quarts des entreprises concernées ont ensuite adapté leur stratégie informatique, mais le quart restant n’a pas voulu tirer de conclusions de cet événement et n’a donc pas changé sa politique en la matière.

Les sauvegardes physiques restent populaires
Comment les entreprises réalisent-elles leur backup ?

  • Plus de la moitié (55 %) des entreprises sondées déclarent que le serveur de leur entreprise se trouve au sein même de l’organisation.
  • 30 % disent au contraire qu’il est situé dans un centre de données externe.
  • 52 % des entreprises qui procèdent à des sauvegardes le font sur un support physique (cassette ou disque) conservé en interne
  • Quatre entreprises sur dix (39 %) le font sur un support physique (aussi) conservé en externe.
  • Un quart explique que la sauvegarde est (aussi) effectuée dans le cloud (26 %).

Comme l’explique Nicolas Uyttenhove : « Les entreprises qui conservent leurs sauvegardes en interne le font parce qu’elles pensent disposer des compétences requises ainsi que pour faire des économies. Cependant, la conservation externe ne coûte qu’une fraction du budget informatique complet (une centaine d’euros par an). En outre, une conservation externe offre une garantie supplémentaire en cas de vol, d’incendie ou d’une autre catastrophe. »

Les Belges sous-estiment l’importance de la sauvegarde de leur smartphone
Les Belges ont de fortes chances de perdre les photos, vidéos et autres informations importantes sauvegardées sur leur smartphone. En effet, six Belges sur dix disent ne pas savoir comment effectuer une sauvegarde complète de leur GSM ou smartphone. Par ailleurs, ceux qui le savent le font généralement quelques fois par an seulement. La différence est marquée entre les sexes : 40 % des hommes déclarent savoir effectuer une sauvegarde, contre 26 % des femmes. L’âge est aussi un facteur important : 49 % des moins de 35 ans, 32 % des 35 à 54 ans et à peine 20 % des plus de 55 ans savent comment sauvegarder les données de leur GSM ou smartphone.

Nicolas Uyttenhove, le porte-parole de Merak, explique : « Ces résultats sont inquiétants. Il est bien plus facile de perdre un GSM ou un smartphone qu’un ordinateur fixe ou portable, et les smartphones contiennent une foule d’informations personnelles importantes. Malgré cela, les consommateurs belges estiment avoir très peu de chances de perdre les données de leur GSM ou smartphone, mais 40 % d’entre eux seraient très embêtés si ce devait être le cas. »

Une connaissance acceptable de la sauvegarde d’un PC
Près de sept Belges sur dix déclarent être sûrs de savoir effectuer une sauvegarde des données d’un ordinateur fixe ou portable. Les hommes (78 %) maîtrisent mieux la sauvegarde que les femmes (59 %). Et 78 % des jeunes de moins de 35 ans savent comment sauvegarder les données d’un ordinateur fixe ou portable. Plus les gens sont âgés et moins ils s’y connaissent en sauvegarde : 71 % des sondés âgés de 35 à 54 ans et 58 % des plus de 55 ans savent comment s’y prendre.

La moitié des Belges sondés ont déjà perdu des données privées sauvegardées sur un ordinateur. Un sur dix déclare même avoir vécu plusieurs fois cette situation. Toutefois, plus de quatre Belges sur dix (43 %) estiment avoir très peu de chances de perdre des informations sauvegardées sur leur ordinateur. Plus de la moitié (54 %) des sondés ayant déjà perdu des données l’expliquent par une panne de leur ordinateur et plus d’un quart (28 %) incriminent un virus. Un sondé sur huit (13 %) déclare que c’est une erreur humaine qui a causé la perte de données.

Le Top 3 des documents personnels dont la perte est la plus grave s’établit comme suit : les informations médicales (100 % des Belges interrogés les font figurer dans leur Top 3), les photos personnelles (80 %) et les factures et autres documents administratifs (55 %).

###

À propos de l’étude
Cette étude a été menée à l’instigation de Merak auprès de 1 200 Belges, en collaboration avec le bureau d’étude indépendant iVox. Les enquêtes en ligne ont été effectuées entre le 7 et le 19 mars 2016.

À propos de Merak
Merak est une étoile brillante dans la constellation de la Grande Ourse et donc indispensable à la navigation. En matière de gestion et de préservation des archives aussi, Merak est un partenaire indispensable. Les archives et les sauvegardes sont protégées dans chaque entreprise contre le vol, le piratage, l’incendie, les catastrophes naturelles et les pannes de courant. Merak, fondé en 1986, compte actuellement plus de 100 collaborateurs en Belgique et à l’étranger. Son siège social est établi à Malines et l’entreprise dispose, outre ce site, de cinq autres implantations en Belgique. Merak a également des filiales aux Pays-Bas et en Suisse.

Twitter: @MerakBE
LinkedIn: www.linkedin.com/company/merak-nv

Partager cette publication

Merak facility management Copyright 2020 Merak SA, tous droits réservés.